Suite aux ravages de Vatican II, la France sera bientôt sans prêtres

Posted in Les Actualités / Eglise catholique

L’Église catholique est en crise. Pas partout, puisqu’en un an, le nombre de catholiques a augmenté de 1,5 % dans le monde. Mais en Europe, où nombre d’églises sont désacralisées, et particulièrement en France où les prêtres se font rares dans les paroisses. Mgr. Bernard Podvin, ancien porte-parole de la Conférence des évêques de France, avait déclaré devant les caméras de KTO à Noël 2014 : « On manque de vocations… Quand on ordonne cent prêtres par an et qu’il en meurt 800 par an pour le territoire français, c’est évident. Le déficit est là et il est criant. »

C’est évident pour l’Église dite conciliaire, un peu moins pour l’Église traditionaliste. Mais les chiffres sont là. Depuis les ravages de Vatican II, la France sera bientôt sans prêtres et ...

 

il faudra les faire venir d’Afrique, d’Amérique du Sud ou d’Asie. Nombre de paroisses ont déjà un prêtre venu d’un autre continent. Et cela ne pourra qu’empirer. L’an dernier, comme à peu près chaque année, les évêques consacrent une centaine de séminaristes qui ont étudié dans des séminaires vides. En 20 ans, les 29.000 prêtres diocésains et religieux qui officiaient en France en 1995 sont aujourd’hui passés à 13.000. En 1970, ils étaient près de 50.000 ! Sans parler de la France de 1789, qui comptait 110.000 prêtres pour une population de moins de 12 millions d’habitants. Les séminaires et les presbytères étaient alors aussi pleins que les églises.

Il y a quand même quelques embellies. Oh, très modestes ! Le diocèse de Vannes a ordonné, cette année, sept prêtres, son record depuis 1968 ! À Paris, 11 prêtres. Mais ce qui est notable, c’est le succès (si l’on peut dire) des communautés traditionalistes, celles qui refusent le dernier concile ou l’acceptent du bout des lèvres. Les prêtres issus des fraternités Saint-Pie-X, Saint-Pierre, des Instituts du Bon Pasteur ou du Christ Roi Souverain Prêtre, de Saint-Martin et autres qui portent soutane et sont fidèles à la langue latine et au rite tridentin représentent désormais 15 % du clergé. Et leurs séminaires font le plein. Il semblerait que les jeunes soient attirés par la liturgie et l’authenticité de l’enseignement de l’Église de toujours. On doit, également, noter le succès auprès des jeunes des communautés comme celle de Saint-Jean, dont les « petits gris » réussissent à remplir leurs offices de jeunes. Ils sont 500 frères, dont 280 prêtres, et si leur missel n’est pas en latin, leur liturgie et leurs homélies ont vocation à attirer les jeunes.

Que dire de notre cher pape François lorsque, s’exprimant au journalLa Croix sur le manque de vocations, il prononce cette phrase si peu empreinte d’espérance : « Durant deux siècles, la Corée a été évangélisée par des laïcs. […] Pour évangéliser, il n’y a pas nécessairement besoin de prêtre. » Le Saint-Père espère-t-il ainsi encourager les jeunes catholiques à prendre le chemin du séminaire ?

Pourquoi ne pas prendre l’exemple de Mgr Rey, évêque de Fréjus-Toulon, dont le séminaire compte 50 jeunes gens ? L’un des rares évêques à accepter de dire la messe le dos tourné aux fidèles lorsque la paroisse le demande. 

Le calcul est clair : les 840 séminaristes que la France compte actuellement, dont 140 qui ont choisi la forme extraordinaire, encouragée par Benoît XVI, ne suffiront pas à garder la France catholique.

Floris de Bonneville sur Boulevard Voltaire