La Conférence des Évêques de France recommande d'accepter l'invasion !!

Posted in L'Europe chrétienne / Quelle Europe voulons-nous ?

Philippe de Villiers a été interrogé par L’Homme Nouveau, suite à la parution de son dernier livre :

« Avant même les attentats, l’immigration de masse, la crise identitaire, n’avions-nous pas en partie abdiqué dans nos têtes en oubliant nos racines. La hiérarchie ecclésiastique n’a-t-elle pas une responsabilité à ce sujet ?

Une société qui garde le sens du sacré, le goût des racines et qui fait prévaloir les mœurs sur les lois est une société qui assimile plus facilement qu’une société nihiliste, hédoniste, consumériste, en proie au déracinement. Toutes les cléricatures sont responsables de cette situation. Mais il est vrai qu’au temps de saint Thomas d’Aquin, les chrétiens appelaient l’islam, la loi des Maures. Ils avaient bien compris que l’islam n’est pas seulement une religion, c’est une loi, une société, une civilisation. Et celle-ci n’était pas compatible avec le christianisme. La déclaration conciliaire Nostra Ætate sur les rapports de l’Église avec les religions non chrétiennes affirme depuis, en substance, que l’islam et le christianisme auraient des points communs comme Jésus, Marie et Abraham. En d’autres termes, c’est la porte ouverte à la confusion, à un dialogue sur les principes et à une reddition en rase campagne par le seul effet d’une peur théologique dissimulée et habillée de bons sentiments.

"Catholicisme et Islam: défi ou débat ?"

Posted in L'Europe chrétienne / Quelle Europe voulons-nous ?

Quelles sont les véritables fondements de cette religion ? Quelle est la différence entre les mouvances sunnites et chiites ? Le monde va-t-il sombrer sous les assauts du jihadisme ? Comment répondre à ces musulmans qui veulent découvrir Notre Seigneur et se convertir à lui ?

DICI : Vous avez choisi l’islam comme thème de cette Xe université d’été de la Fraternité Saint Pie X. Pourquoi ?

Abbé Bouchacourt : Il s’agit de savoir si, pour des catholiques, l’islam qui se développe toujours plus en France est une évolution de la société, comme une autre, qu’on peut se contenter d’observer en spectateur, ou si ce développement constant constitue pour nous un défi à relever. En clair, est-ce que nous portons sur l’islam un regard simplement sociologique ? Ou est-ce que nous regardons les musulmans comme Jésus-Christ a regardé toutes les âmes pour lesquelles il a donné sa vie sur la Croix ? Notre université d’été est apologétique : elle entend apporter à l’islam une réponse non pas passionnelle ou superficielle, mais bien rationnelle et spirituelle...

Crèche de Noël au Parlement européen

Posted in L'Europe chrétienne / Quelle Europe voulons-nous ?

Ce 9 décembre 2014, à l’initiative de Civitas et avec l’appui de l’eurodéputé Mario Borghezio, une crèche de Noël a été inaugurée au Parlement Européen à Bruxelles. C’est Mgr Fellay, supérieur général de la FSSPX, qui a souhaité venir personnellement pour bénir cette crèche.
 
Une magnifique crèche de Noël, de grande taille, a trouvé sa place dans l’espace officiel du Parlement Européen, au milieu d’un hall central de l’institution européenne.
 

 

Plaidoyer pour une "remigration" catholique

Posted in L'Europe chrétienne / Quelle Europe voulons-nous ?

La gazette catholique Le Rouge & Le Noir a décidé de consacrer son été 2014 à une controverse sur l’immigration. Elle publie un plaidoyer pour une « remigration » catholique. Extraits.

[...] « Les États ont le droit de règlementer les flux migratoires et de défendre leurs frontières, en garantissant toujours le respect dû à la dignité de chaque personne humaine. En outre, les immigrés ont le devoir de s’intégrer dans le pays d’accueil, en respectant ses lois et l’identité nationale » déclare Benoît XVI [...]

L'Eglise et l'immigration: le courage de dire non !

Posted in L'Europe chrétienne / Quelle Europe voulons-nous ?

Le courage de dire non : une forme de charité

Puisqu’il nous faut vivre dans une nation ouverte aux quatre vents, un Camp des saints investi par l’Autre qui, s’il n’est pas moins humain que nous, n’en est pas plus français, posons-nous la question : quelle réponse le catholique français du XXIe siècle peut-il apporter au problème de l’immigration ? 

Le temps fait son œuvre. Tandis que tournent les aiguilles de nos horloges, le visage de la France change radicalement, jusqu’à donner raison à Laurent Fabius qui déclarait en 2003 : « Quand la Marianne de nos mairies prendra le beau visage d’une jeune française issue de l’immigration, ce jour-là la France aura franchi un pas en faisant vivre pleinement les valeurs de la République ».

Nous ne pouvons nous dérober : déjà se tournent vers nous les regards inquisiteurs des générations futures, héritiers d’une France en cendres.

La Conférence des Evêques de France (CEF) à contre-courant de la Doctrine sociale de l'Eglise !

Posted in L'Europe chrétienne / Quelle Europe voulons-nous ?

Depuis des semaines, les instances de la Conférence épiscopale menaient une intense opération de propagande pour inciter les électeurs à voter, et à bien voter, c’est-à-dire à voter pour les partis favorables aux institutions européennes, celles-là même qui nient le souveraineté des peuples, ces institutions qui bafouent le principe de subsidiarité, principe pourtant fondamental de la doctrine sociale de l’Eglise. Enfin institutions qui ont rejeté la reconnaissance des racines chrétiennes de l’Europe.

On ne voyait pas bien pourquoi des instances de la CEF prenaient une position aussi affirmée pour des institutions contraires aux principes de la doctrine sociale de l’Eglise, sinon par cette continuité avec l’idéologie de la démocratie chrétienne, qui n’a pourtant cessé d’échouer depuis l’après-guerre, dans ses manœuvres.

La CEF a ainsi diffusé...

Contre le communautarisme : l'identité plutôt que la laïcité

Posted in L'Europe chrétienne / Quelle Europe voulons-nous ?

C'est l'idée développée par Charles Beigbeder dans une tribune publiée sur Valeurs actuelles :

"Les revendications communautaires n'ont jamais été aussi élevées et concernent désormais tous les domaines de la vie sociale [...] Face à de telles demandes dont la liste ne cesse de s'allonger, les pouvoirs publics répondent en invoquant la laïcité, qui place chaque religion sur un même pied d'égalité au nom de la neutralité de l'Etat. Or, cette vision arithmétique de la laïcité ne prend pas en compte la défense de notre identité. [...]

Qu'il faille accorder la liberté religieuse à tous les cultes n'est pas ici en cause. C'est un impératif moral autant qu'une obligation juridique. Mais la question déborde le champ cultuel pour s'étendre au domaine culturel. En effet, le Christianisme – tout comme l'Islam – n'est pas qu'une religion ; c'est aussi une culture qui façonne nos mentalités, modèle notre art de vivre, oriente notre représentation du monde, influence notre conception du travail, rythme le déroulement du temps (calendrier grégorien, repos dominical), marque le patrimoine des villes et des campagnes, influence notre vision de la femme, notre définition de la politique, notre conception de la liberté, notre rapport entre le profane et le sacré, les choix de nos prénoms, etc... C'est toute une civilisation que véhicule le Christianisme, quel que soit la foi personnelle de ceux qui en vivent.

Dans ce domaine, plus de neutralité possible. On ne peut être neutre par rapport à une civilisation. La question qui se pose, se résout finalement à celle-ci : voulons-nous garder notre modèle de civilisation hérité du Christianisme, ou sommes-nous prêts, au nom d'une laïcité mal comprise, plaçant toutes les religions sur un même pied d'égalité, à accepter que notre civilisation soit mise en concurrence avec d'autres, dans un relativisme qui considère comme équivalent chaque modèle culturel ? Voulons-nous d'un marché des civilisations où chacun choisirait son jour férié, sa langue, ses habitudes alimentaires et vestimentaires, son calendrier, son système juridique, etc... en fonction de sa religion ? Ce jour-là, le communautarisme aurait fini par avoir raison de la France !

Notre civilisation n'est pas à vendre sur l'autel de la laïcité. Car si l'on applique une conception intégrale (intégriste ?) de la laïcité, que subsiste-t-il de notre héritage ? [...] Certaines mairies rencontrent depuis plusieurs années des difficultés à faire accepter une crèche de Noël sur le territoire de leur commune, au nom de la laïcité. [...] Si l'Etat est laïc, la France est chrétienne, disait le général de Gaulle. Et la neutralité religieuse ne devrait jamais conduire à l'effacement de notre civilisation au profit du multiculturalisme. Non seulement, notre civilisation a des droits historiques sur notre nation, non seulement, elle promeut des valeurs universelles auxquelles nous sommes attachés, mais par-dessus tout, nous la chérissons parce que c'est la nôtre et qu'il en va de notre existence. Donc, si nous voulons lutter contre le communautarisme, invoquons notre identité et non la laïcité, selon l'antique adage : « A Rome, fais comme les Romains ! »."

"Accueillir l'Etranger" selon nos évêques

Posted in L'Europe chrétienne / Quelle Europe voulons-nous ?

Est-ce pour se faire « pardonner » de refuser le « mariage pour tous » que nos évêques semblent se ranger derrière la politique du gouvernement en matière d’immigration, exhortant les catholiques à accueillir les étrangers sans distinguer, d’ailleurs et comme d’habitude, ceux qui sont en situation régulière et les clandestins ? Cela ne fait pas les gros titres des journaux, comme leur opposition au « mariage » gay, mais il s’agit de déclarations nombreuses et concertées…

Début du Carême

Posted in L'Europe chrétienne / Quelle Europe voulons-nous ?

Comme chaque année, alors que le Ramadan est annoncé en boucle dans tous les médias, à toute heure et sur toutes les ondes, le temps du Carême qui débute en ce Mercredi des Cendres est totalement oublié. La France compte pourtant, rappelons-le, plus de 50 % de baptisés.

Cet oubli, loin d’être le fruit du hasard, s’inscrit dans un processus toujours plus croissant de déchristianisation de notre société, tout cela, bien sûr, au nom de la « laïcité positive ».

Tout cela n’est pas étonnant de la part d’une classe politique inconsciente et suicidaire, qui est allée jusqu’à refuser toute référence aux racines chrétiennes de l’Europe dans la funeste Constitution européenne.

Discours du cardinal Pacelli, futur Pie XII, sur la vocation chrétienne de la France.

Posted in L'Europe chrétienne / Racines chrétiennes de l'Europe

Cette allocution est prononcée à Notre-Dame de Paris, par le futur Pie XII, lors du voyage pour l'inauguration de la basilique de sainte Thérèse à Lisieux, où il représente le pape Pie XI. Ce discours est plus que jamais d'actualité ! En voici de larges extraits, tant il est difficile d'en retirer des phrases :

Mais l'intégralité du discours se trouve ici :

http://www.nd-chretiente.com/dossiers/pdf/non_marcheurs_articles/2003_sermon%20du%20cardinal%20pacelli%20a%20nd%20de%20paris%2013%20juillet%201937.pdf

« […] Comment dire, mes frères, tout ce qu'évoque en mon esprit, en mon âme, comme dans l'âme et dans l'esprit de tout catholique, je dirais même dans toute âme droite et dans tout esprit cultivé, le seul nom de Notre-Dame de Paris ! Car ici c'est l'âme même de la France, l'âme de la fille aînée de l'Église, qui parle à mon âme.

Âme de la France d'aujourd'hui qui vient dire ses aspirations, ses angoisses et sa prière; âme de la France de jadis dont la voix, remontant des profondeurs d'un passé quatorze fois séculaire, évoquant les Gesta Dei per Francos, parmi les épreuves aussi bien que parmi les triomphes, sonne aux heures critiques comme un chant de noble fierté et d'imperturbable espérance. Voix de Clovis et de Clotilde, voix de Charlemagne, voix de saint Louis surtout, en cette île où il semble vivre encore et qu'il a parée, en la Sainte Chapelle, de la plus glorieuse et de la plus sainte des couronnes ; voix aussi des grands docteurs de l'Université de Paris, des maîtres dans la foi et dans la sainteté…

Les épiscopats européens pour une Europe antichrétienne !

Posted in L'Europe chrétienne / Racines chrétiennes de l'Europe

La COMECE (COMmission des Episcopats catholiques de la Communauté Européenne), a condamné les électeurs européens qui se sont abstenus ou ont voté populiste en mai dernier. Elle fait la promotion d’une Union Européenne qui renie racines et valeurs chrétiennes au profit d’un syncrétisme maçon. Cruel paradoxe : Episcopats européens pour une Europe antichrétienne. Par Octave Thibault.

Le pape et le président

Posted in L'Europe chrétienne / Racines chrétiennes de l'Europe

Manuel Valls a appelé la gauche, mercredi 22 janvier, à combattre avec « la même vigueur » les intégristes catholiques et les revendications religieuses dans les banlieues.

Qu'est-ce qu'un "intégriste catholique" selon M. Valls ? Quelqu'un de très vilain, et sur le fond ceux qui sont intervenus contre le mariage homo et contre la suppression de la notion de détresse dans la définition de l'avortement.

A ce compte, les "intégristes catholiques" sont très nombreux en France, y compris le plus grand nombre qui ignorent eux-même totalement qu'ils sont selon Valls et catholiques et intégristes.

En particulier, la masse des catholiques "Paul VI" va découvrir qu'elle est elle-même "intégriste catholique".

Le pape François lui-même n'est pas cité par Valls, mais le discours du pape anti mariage homo et contre l'IVG le font rentrer pleinement dans la case "intégriste catholique".

La Génération Benoît XVI ressemble à une sorte de nouvelle chouannerie

Posted in L'Europe chrétienne / Racines chrétiennes de l'Europe

"J’appelle simplement les catholiques à faire de leurs îlots des bases de départ, pas de repli, pour participer à la reconquête.

Je considère qu’aujourd’hui être catholique a pris une dimension nouvelle, militante presque : on est catholique parce qu’on le veut, plus seulement parce qu’on a (éventuellement) reçu la Foi en héritage. Tout dans la société nous invite à nous débarrasser du lourd fardeau… alors quand on décide de porter sa croix (au sens propre comme au sens figuré) c’est aujourd’hui un choix fort, fondamentalement politique. D’autant que le catholique, si on en vient à le considérer comme un croyant mais aussi donc comme un militant (au sens de la Mission), est un militant politique mais aussi culturel et bien sûr social. Les catholiques d’aujourd’hui, et cette belle « Génération Benoît XVI » que l’on voit s’illustrer avec détermination et courage (je pèse mes mots, j’ai baigné dans l’activisme depuis mes 14 ans mais j’ai vu ces dernières semaines des garçons et des filles dont le courage force le respect, et dont bon nombre de révolutionnaires de salons fort éloquents n’ont pas le dixième !), ressemblent, et ressembleront encore davantage dans l’avenir certainement, aux dissidents catholiques de l’Ukraine soviétique ou à une sorte de nouvelle chouannerie. Après les prêtres réfractaires peut-être aurons-nous d’ailleurs nos maires réfractaires ?

Alors, pour conclure, mon message ne s’adressera pas qu’aux catholiques, mais j’espère qu’il leur parlera. Je réponds à cet entretien en ce mardi noir, qui a vu une majorité gouvernementale folle défier la nature. Pour autant, je ne sais exactement comment tout cela va se terminer… Le combat n’est en tout cas pas derrière nous, mais bien devant nous. Car le combat vient de débuter ! Il ne s’agit pas là du dernier tour de piste de la France réactionnaire, mais de l’entrée en lutte de la nouvelle France. J’exhorte tous ceux qui me lisent à faire leur cette idée : nous ne sommes pas l’arrière-garde mais l’avant-garde, nous ne sommes pas le dernier carré mais la première ligne. Quelle que soit l’issue de cette bataille contre la loi Taubira, un beau Printemps français s’est levé et les fleurs auxquels il donne naissance actuellement vont porter du sens dans le débat public, peser et s’imposer, dans les mois et les années à venir. S’ils gagnent cette bataille législative, c’est sans doute en amorçant notre victoire prochaine… Foi et Espérance."

Philippe Vardon

Christianophobie: 106 sites web catholiques attaqués récemment, 104 églises profanées en 4 mois

Posted in L'Europe chrétienne / L'Eglise et l'immigration

104 églises profanées en 4 mois : et nos gouvernants parlent d’islamophobie ?
Du 1 janvier au 15 février, 45 églises ont été visitées par des infidèles indélicats. Une par jour.

Floris de Bonneville Journaliste Ancien directeur des rédactions de l’Agence Gamma

Le site lagauchematuer.fr a relevé que, du 1er janvier au 15 février, 45 églises ont été visitées par des infidèles indélicats.
Une par jour. Cela va du tabernacle vandalisé à l’église incendiée, en passant par des tags démoniaques défigurant chœur et autel.
Le site propose « un panorama de cette christianophobie ordinaire »

Mais il y a pire statistique encore. Sur un autre site spécialisé dans l’observation des actes de christianophobie, dirigé par Daniel Hamiche (www.christianophobie.fr), sont répertoriés l’ensemble des actes commis contre des églises, des lieux de culte, de dévotion, des écoles et des sites Internet chrétiens en France.

Et totalement ignorée du gouvernement et des médias. Pendant les quatre premiers mois de l’année, ce sont 170 actes qui ont été relevés par cet observatoire, dont 104 concernent des églises !

Evêques de France : ils ont oublié la doctrine catholique sur l'immigration !

Posted in L'Europe chrétienne / L'Eglise et l'immigration

Nous avons relevé récemment les propos d’un évêque auxiliaire de Paris, Mgr Renauld de Dinechin, invitant à l’accueil des « migrants » dans la paroisse de Saint-Bernard de la Chapelle. Cette semaine, c’est l’épiscopat français qui se solidarise avec tous les « migrants », c’est-à-dire, légalement parlant, des délinquants ayant pénétré clandestinement sur notre sol en violant notre droit et nos lois.

Dans un « message » pour le dimanche 21 juin, adressé spécifiquement aux catholiques en France par le président de la Commission épiscopale pour la Mission, Mgr Laurent Dognin et l’évêque d’Orléans, président du Conseil pour la solidarité, Mgr Jacques Blaquart, les fidèles sont conviés « à ne pas se taire après l’émotion légitime » et à interpeller les responsables politiques. « A nous de trouver les moyens d’associer ces migrants pour qu’ils puissent devenir un élément de la solution de nos maux sociaux », insistent-ils, affirmant que la France est un pays de « migrations réussies ».

Incroyables propos !

Depuis le Concile, on croyait les évêques proches « des hommes de ce temps » et du « peuple de Dieu », ainsi qu’on appelle désormais l’ensemble des laïcs. En lisant un tel communiqué, on se demande dans quel monde ces Excellences vivent ! Car, enfin, la présence de ces clandestins sur notre sol – et sur celui des Etats européens du Sud en première ligne – est un problème politique et un problème social extrêmement préoccupants pour les Français – y compris leurs diocésains – qui se sentent envahis par ces « squatters ». Les présenter comme un élément de « la solution à nos problèmes sociaux » est une provocation dont, apparemment, ces prélats ne se rendent même pas compte. Ils ne nous disent d’ailleurs pas comment cette armée de pauvres hères va nous aider à résoudre nos problèmes sociaux. Lesquels ? Comment ?

La doctrine de l'Eglise catholique sur l'immigration souvent amputée par les Evêques

Posted in L'Europe chrétienne / L'Eglise et l'immigration

Beaucoup d'évêques, prêtres et fidèles semblent ignorants de l'approche de l'immigration transmise par la doctrine de l'Eglise catholique .

Deux droits naturels sont en "collision": le droit naturel à l'immigration et le droit de défendre son identité, de préserver, compléter, transmettre l'héritage qu'elle représente.

Le droit naturel à l'immigration est lié au principe de destination universelle des biens de la terre (Léon XIII, Pie XI, Pie XII). Pie XII définit un droit naturel à l'immigration dans Exsul familia. Dans ce texte, le Pape affirme l'existence d'un droit à l'immigration dont l'exercice ne peut être interdit lorsqu'il s'agit d'étrangers nécessiteux et honnêtes et qu'il n'y a pas de motifs suffisants d'utilité publique pour justifier cette interdiction.

Le droit pour une nation de protéger son identité est le résultat d'un devoir de piété vis-à-vis de sa patrie. Jean-Paul II (UNESCO, 1980) fait un devoir de "veiller sur la souveraineté que possède chaque nation en vertu de sa propre culture. Protégez-là comme la prunelle de vos yeux". En 1985, année internationale de la jeunesse, Jean-Paul II écrit: "Nous devons faire tout ce dont nous sommes capables pour assumer cet héritage spirituel, pour le confirmer, le maintenir et le développer. C'est là une tâche importante dans toutes les sociétés, peut-être plus particulièrement pour celles qui doivent défendre l'existence même et l'identité essentielle de leur nation des risques d'une destruction provoquée de l'extérieur ou d'une décomposition de l'intérieur".

Il y a collision de ces deux droits naturels. Pour les arbitrer, un concept bien connu par l'Eglise: le bien commun. Pie XI avait défini le bien commun: "Le bien commun d'ordre temporel consiste dans la paix et la sécurité dont les familles et les citoyens jouissent dans l'exercice de leurs droits (Divini illius magistri)". Jean-Paul II rappelle: "les immigrés en tant que personnes doivent être traités avec respect" et ajoute: "le problème est complexe et doit être subordonné au bien commun de la collectivité".

Parce que nos responsables (évêques et élus) se focalisent sur le premier droit en oubliant le second, on doit donc s'interroger activement sur ce qu'a dit l'Eglise, sur ce que font les hommes politiques face à cette question si importante pour l'avenir de notre société.