La vie scoute, par tranche d'âge

Posted in Mouvements de Jeunesse / Une activité pour chaque âge

banniere alpin pimpant

La vie scoute se déroule dans des groupes non mixtes, par tranches d’âges.
Ici les Scouts et Guides Godefroy de Bouillon.

Pour les filles :

-          de 7 à 11 ans        : louvettes ou jeannettes

-          de 12 à 17 ans      : guides

-          à partir de 17 ans : guides aînées

Pour les garçons :

-          de 7 à 11 ans        : louveteaux

-          de 12 à 17 ans      : scouts

-          à partir de 17 ans : routiers

Branche Jaune (de 7 à 11 ans) :sizainier

Les enfants sont regroupés par sizaine où chacun tient une place spécifique. Les membres de l’encadrement constituent la Maîtrise. Les activités ont surtout lieu dans le cadre de la Meute, c’est-à-dire avec l’ensemble des sizaines. Les décisions sont prises lors de conseils où les enfants sont écoutés. La Meute sort dans la nature, campe certains week-ends, et fait un camp de quelques jours en été. Durant le camp d’été, les enfants participent à l’installation de leur lieu de vie et peuvent exceptionnellement participer à l’élaboration d’un repas.

Branche Verte (de 12 à 17 ans) :site327

Les guides ou les scouts sont organisés en patrouilles, petites unités de vie composées de 5 à 8 adolescents. Ils pratiquent la Bonne Action quotidienne et s’efforcent de suivre la loi scoute. La patrouille est un groupe organisé et relativement autonome. Elle est dirigée par le chef de patrouille, choisi à ce poste par les membres de l’encadrement. Chaque adolescent y tient un rôle particulier qui permet la bonne marche de la patouille (cuisinier, secouriste, topographe, intendant,…).

Dans cette tranche d’âge, les adolescents s’efforcent d’installer leur propre lieu de vie dans les bois au cours du grand camp d’été. Ils doivent être capables :

-          d’installer un lieu de couchage confortable et accueillant,

-          de bâtir une table, des bancs, un lieu de vie en plein air,

-          de préparer et cuisiner leurs repas sur une table à feux, dans le respect des règles d’hygiène et de sécurité contre l’incendie,

-          d’organiser des espaces pour la douche et des sanitaires (feuillées) sur leur lieu de camp,

-          de vivre bien et en sécurité dans la nature par tous les temps

-          de partir en exploration en autonomie.

Cette unité de vie permet vraiment le jeu scout, la prise de responsabilité et l’apprentissage de l’autonomie. Chacun va acquérir progressivement les connaissances et les techniques du scoutisme, notamment dans les domaines suivants : secourisme, froissartage (constructions en bois pour aménager des lieux de vie en forêt), campisme, expression, chant, topographie, orientation, cuisine, connaissance de la flore et de la faune, liturgie. Toutes ces activités se font sous la direction et le contrôle de l’équipe d’encadrement, appelée la Maîtrise, et dans le respect de la législation en vigueur pour les centres de vacances. 

Branche Rouge (à partir de 17ans):routier

Les routiers et les guides aînées pratiquent leurs activités en équipes, avec une plus grande autonomie. Cette étape vise à la formation personnelle des jeunes gens. Des activités ont lieu en cours d’année et un camp est organisé durant l’été, qui pourra prendre la forme d’un camp itinérant, d’un camp chantier ou d’un engagement au service du prochain. Le jeune entré dans la Route pourra également participer à l’encadrement des branches louveteaux et scouts : il suivra pour cela des formations adaptées.Au terme de cette branche, le jeune homme ou la jeune fille aura profité de toutes les étapes de la formation scoute et pourra se lancer dans la vie en faisant profiter les autres de cette richesse du scoutisme.

Appel à la jeunesse de France

Posted in Mouvements de Jeunesse / L'éducation à la sainteté

La France a besoin de vous !

Chers jeunes gens,

Les mauvaises nouvelles concernant notre mère patrie la France s’accumulent. Il apparaît clairement aux yeux de tous que ce sont en réalité les racines mêmes de notre patrie et de notre magnifique civilisation chrétienne qui sont attaquées. Nos ennemis – intérieurs et extérieurs - ne supportent plus et ne veulent plus entendre parler de  notre pays, la France, « Fille aînée de l’Eglise » !

Des pans entiers de notre société sont déjà tombés et le dernier en date n’est pas des moindres puisqu’à travers ce sordide mariage contre nature ce sont les fondations mêmes de notre société qui sont mises à bas.

Votre jeunesse a cependant étonné les tenants du système par sa mobilisation contre ce dernier fruit pourri de la pensée issue de mai 68 !

Education à la sainteté

Posted in Mouvements de Jeunesse / L'éducation à la sainteté

« Vous n’êtes pas seulement des scouts catholiques, vous êtes des catholiques scouts. »

Pie IX

  

[…] Le R.P. Sevin dans un article1 du « Chef » Scout de France du 15 janvier 1931, va jusqu’à nous parler de la « sainteté scoute » et lui donne une caractéristique spécifique : « Ainsi, pour que le mouvement scout se propage, pour que « l’ordre » scout s’établisse de par la France et de par le monde, ce qu’il nous faut c’est des scouts d’abord, de vrais scouts, bons campeurs, bons traqueurs, bons pionniers, qui soient tout cela et qui soient des saints.

Des scouts qui soient des saints. Il ne faudrait avoir peur du mot, ni de la chose. La sainteté n’est d’aucun temps ni d’aucun uniforme particulier, et elle ne se confond pas avec la canonisation. Entre le saint du ciel et le chrétien en état de grâce, la mort intervenue fait la seule différence, et des saints véritables, en chair et en os, nous en côtoyons tous les jours sans le savoir – et quelque fois en le sachant !

Il peut donc, il doit donc y avoir des saints scouts et une certaine sainteté scoute. Aumôniers et chefs, nous avons le devoir de la susciter en nos garçons et plus que le droit de la rechercher humblement pour nous-mêmes.

Cette sainteté pour qu’elle soit scoute, il faut que d’une certaine manière, elle soit le résultat de notre vie de scouts, de nos principes, de nos méthodes scoutes. Or dans quel sens travaillent ces méthodes, ces principes et le cadre même de notre vie ?

Dans le sens de la sincérité d’abord. Chez le scout et dans la vie scoute, rien de convenu, de factice, de truqué. L’âme et les choses sont vraies. On est ce qu’on est et paraître importe peu. N’avons-nous pas horreur instinctive de tout ce qui est apparat, masque et façade? La réalité, voilà ce qu’il nous faut et ce que seul nos yeux admirent. Sincérité des paroles, sincérité des regards, sincérité du cœur. C’est cela qui crée cette atmosphère de confiance, de droiture claire et de charité que l’on respire chez nous : l’air du Bon Dieu qui est Vérité.

Et puis nous sommes jeunes. Ce qu’on fait à Chamarande?2 Apprendre aux enfants à devenir hommes en apprenant aux hommes à redevenir enfants. La jeunesse d’âme, l’enfance d’âme, l’enfance spirituelle doivent être de nos caractéristiques les plus chères. L’ingénuité de l’enfant qui s’ignore, sa confiance aveugle, son abandon total en l’affectueuse autorité paternelle ou maternelle, tout cela transposé dans le domaine surnaturel et réglant nos rapports avec Dieu, voilà encore ce qui doit rayonner de nos âmes et nos visages, ce qui nous aidera à tenir notre promesse – la quatrième promesse des scoutes : celle de ne jamais vieillir !

Enfin notre vie même de campement agit, si nous savons bien la comprendre, dans le sens sanctifiant du détachement. Le camp comporte toute une ascèse, et ce n’est pas seulement parce qu’il est plus débrouillard que le routier a le sac moins chargé que le novice, mais parce qu’en avançant il se dépouille, il simplifie sa vie autant que son équipement et dégage son âme jusqu’à estimer superflu ce que naguère il jugeait nécessaire. Moins il possède et plus il se possède, et plus il peut donner puisqu’il est libre.

Sincérité, jeunesse spirituelle, dépouillement, voilà pour nous borner, quelques-uns des notes de sainteté de khaki vêtue qui ne fleurit pas encore les vitraux de nos cathédrales, mais dont témoigneraient, non seulement « la source de Chamarande » mais les ruisseaux où se mirent les tentes de nos garçons "si l'eau qui court pouvait parler", mais si surtout nos prêtres qui la voient, cette sainteté, peu à peu se dessiner et grandir dans les âmes, pouvaient dire tout ce qu’ils voient…3


1-N.D.E: extrait du n° I des Documents de l'Office International des Scouts Catholiques (octobre 1931)
2-Chamarande: Célébre emplacement des camps de formation scoute en France équivalents des camps de Gilwell en Angleterre. Ces camp ( de Chamarande ) ont été fondés par le père Sevin qui en était le principal Scoutmestre.
3-Ce texte a été pris du livre: Jacques Sevin, Pour penser scoutement, Presses d'île de France, collection "Fondateurs", 2001, page 142

La promesse scoute

Posted in Mouvements de Jeunesse / La promesse scoute

La prière et la promesse scoute

En 1917, le père Sevin donne aux scouts la prière attribuée à Ignace de Loyola. Elle est restée inchangée depuis.

 ·        Seigneur Jésus, apprenez-nous à être généreux,

·        A vous servir comme vous le méritez,

·        A donner sans compter,

·        A combattre sans souci des blessures,

·        A travailler sans chercher le repos,

·        A nous dépenser sans attendre d'autre récompense

·        Que celle de savoir que nous faisons votre sainte volonté

 

Loi scoute adaptée par le Père Sevin

 

1. Le Scout met son honneur à mériter confiance.

2. Le Scout est loyal à son Pays, ses parents, ses chefs et ses subordonnés.

3. Le Scout est fait pour servir et sauver son prochain.

4. Le Scout est l’ami de tous et le frère de tout autre Scout.

5. Le Scout est courtois et chevaleresque.

6. Le Scout voit Dieu dans la nature : il aime les plantes et les animaux.

7. Le Scout obéit sans réplique et ne fait rien à moitié.

8. Le Scout est maître de soi : il sourit et chante dans ses difficultés.

9. Le Scout est économe et prend soin du bien d’autrui.

10. Le Scout est pur dans ses pensées, ses paroles et ses actes.


 

La Promesse Scoute

Sur mon honneur, et avec la grâce de Dieu,

Je m'engage à servir de mon mieux Dieu, l'Église, ma Patrie,

A aider mon prochain en toute circonstance, 

A observer la loi scoute.

 

 

Le Chant de la promesse

1— Devant tous je m'engage sur mon honneur et je te fais hommage de moi, Seigneur

R — Je veux t'aimer sans cesse, de plus en plus, Protège ma promesse, Seigneur Jésus.

2 — Je jure de te suivre en fier chrétien, et tout entier je livre mon cœur au Tien

3 — Fidèle à ma patrie, je le serai ; tous les jours de ma vie, je servirai.

4 — Je suis de Tes apôtres et chaque jour je veux aider les autres pour Ton Amour.

5 — Ta règle a sur nous-mêmes un droit sacré ; je suis faible, Tu m'aimes : je maintiendrai !