Communiqué du Mouvement catholique des familles (MCF) :

Le Général (2s) Christian Thiébault, nouveau Président du Mouvement Catholique des Familles

Après seize années passées à la tête du MCF, François Legrier avait souhaité ne pas renouveler son mandat. Le Conseil d’Administration a élu Christian Thiébault comme nouveau Président. Il a pris ses fonctions à l’occasion de l’Assemblée Générale le 6 février dernier. Né en 1959, Christian Thiébault a servi 37 ans dans l’armée de Terre, principalement au sein de la Légion étrangère, participant à onze opérations extérieures. Comme officier général, il a tenu les fonctions d’adjoint aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, chef d’état-major de la mission de l’ONU au Mali, directeur du projet de réforme des réserves au Cabinet du ministre, puis commandant les éléments français et chef d’état-major de la force de l’ONU au Sud-Liban. Marié, il est père de 8 enfants, dont 3 religieuses dominicaines enseignantes, et grand-père de 10 petits-enfants. S’inscrivant résolument dans la continuité de son prédécesseur, Christian Thiébault a confirmé la vocation du mouvement à « unir les familles » autour de trois dimensions : la formation, l’entraide, l’action.

Le site internet du MCF précise que le mouvement a été fondé en 2001 et compte aujourd’hui plus de 1000 familles dans sur toute la France, unies par une charte pour défendre et promouvoir la famille, cellule mère de la société. Son action s’inscrit dans le combat de la Tradition Catholique pour Tout restaurer dans le Christ. La direction doctrinale, pour ce qui relève de l’autorité de l’Eglise, est assurée par la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X ou localement par des prêtres en accord avec elle.

Pourquoi unir les familles catholiques au sein d’une association ? La paroisse dans l’ordre spirituel et l’école pour l’éducation des enfants ne suffisent-elles pas à soutenir les parents dans l’exercice de leurs responsabilités familiales ?

Parce qu’elle est devenue comme une anomalie dans notre société moderne, parce que l’environnement social, économique, culturel et politique l’ignore ou la combat,  parce que d’elle, de sa sainteté et de sa force, dépend l’avenir de notre pays et de la chrétienté, la famille doit être aujourd’hui plus qu’hier soutenue et défendue. Ainsi le pape Pie XII appelait à « l’union des familles en un front solide » et plus près de nous Monseigneur Lefebvre à une « croisade des pères de familles ». Telle est la finalité du Mouvement Catholique des Familles.

Vaincre la solitude en développant des liens d’amitié, se former à l’exercice des responsabilités parentales, organiser l’entraide locale, soutenir ou relayer des actions entreprises pour la défense ou la promotion des valeurs familiales, telles peuvent être les objectifs d’un cercle du Mouvement Catholique des Familles, selon des modalités (réunions périodiques, journées familiales, forum ou colloques…) qui tiennent compte des réalités locales.

"Que faire ?... Ce que nous ne cessons de recommander sans relâche", disait Pie XII, "c'est d'unir entre elles les familles en un front solide".
Pie XII - 20 sept 1949 - au congrès de l'Union internationale des associations pour la protection des droits de la famille.

La présentation du Mouvement

La charte du MCF

« Nous sommes de coeur au milieu de vous, familles de France, ... Les destinées de votre patrie sont entre vos mains…. La valeur et la prospérité d’un peuple résident, non pas dans l’action aveugle d’une multitude confuse, mais dans l’organisation normale des familles saines et nombreuses. » Pie XII – 1945 – aux familles françaises.

Pour restaurer une société chrétienne : Le Mouvement Catholique des Familles (MCF) a pour dessein de travailler à restaurer notre patrie sur les fondements de la loi naturelle reconnaissant la famille comme « cellule mère de la société humaine ». Dans ce but, le MCF se propose de réaliser l’union des familles en un front solide(1), selon les recommandations du pape Pie XII, union aujourd’hui d’autant plus nécessaire et urgente du fait du bouleversement de la société et de l’hostilité croissante de l’environnement législatif, économique et culturel au modèle familial issu du droit naturel et de la civilisation chrétienne. La finalité du MCF ressort de l’ordre politique et social.

Le Mouvement oeuvre selon les principes catholiques(2). Son action s’inscrit dans le combat de la Tradition Catholique pour « Tout restaurer dans le Christ » et se veut une réponse au vibrant appel à une « Croisade des familles chrétiennes » lancé par Monseigneur Marcel Lefebvre(3). Le MCF se place, dans l’ordre doctrinal et spirituel, sous la direction de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X ou, localement, des prêtres en accord avec elle. En raison de sa finalité, le Mouvement ne développe pas de spiritualité propre, ni ne prescrit de règle de vie, lesquelles relèvent de la compétence des directeurs spirituels de chacun.

Dans le domaine politique : Les membres du MCF sont convaincus de l’enjeu politique que constitue aujourd’hui l’union des familles catholiques. Un engagement proprement politique ne peut sans doute être le combat du plus grand nombre, mais il importe que ceux qui sont en situation de le mener ne s’y dérobent pas et puissent bénéficier du soutien de tous. Le Mouvement conduit ses actions en vue de promouvoir la famille auprès des élus, des pouvoirs publics et de la population, de faire reconnaître son rôle, de rappeler ses devoirs et de défendre ses droits essentiels. Il entend ainsi contribuer à l’élaboration et à l’adoption d’une politique familiale conforme à la doctrine de l’Eglise et adaptée aux circonstances.

Dans le domaine social : La régénération du tissu social(4) suppose le développement et la consolidation de cellules familiales saines et fortes. Attentifs aux difficultés des familles, les membres du MCF prodiguent une aide morale et matérielle selon leurs moyens. Fondée sur l'exercice des vertus chrétiennes, cette entraide, loin d’une assistance déresponsabilisante, recherche le concours des familles selon leurs capacités ; elle exclut toute ingérence dans ce qui relève de la responsabilité des parents. Les actions entreprises, notamment en matière d’éducation, doivent permettre aux familles de faire face à leurs obligations chrétiennes dans un environnement social souvent hostile.

Structuré en vue d’actions concrètes : Les familles adhérant au MCF sont invitées à se constituer localement en « cercles », en accord avec le prieuré le plus proche, pour se soutenir, se former et mener les activités en rapport avec les finalités du Mouvement, selon des modes adaptés aux conditions particulières. Les structures locales, régionales et nationales sont mises sur pied selon les besoins, dans le respect des principes de subsidiarité et d’unité. La qualité de membre du MCF résulte de l’adhésion à la présente charte, aux statuts de l’association et à son règlement intérieur, lesquels définissent les conditions de sa bdirection et de son fonctionnement.

(1) « Que faire ? Ce que nous ne cessons de recommander sans relâche, est d'unir entre elles les familles en un front solide » Pie XII – 20 sept 1949 – au congrès de l'Union internationale des  associations pour la protection des droits de la famille.
(2) Principes développés notamment par le pape Saint Pie X dans la lettre encyclique « Il fermo proposito »
(3) Le 23 septembre 1979 à la Porte de Versailles
(4) « Si l’on veut travailler activement à la sauvegarde de la société humaine, il ne faut rien négliger pour sauver et soutenir la famille, et la rendre capable de se défendre elle-même. » Pie XII – 1950 – aux cardinaux et évêques.

Plan du site

Aidez l'ACVO


don déductible à 66% !

Newsletter

captcha 

Protection des données personnelles - RGPD