Pie X


Il s'est exprimé dans le motu proprio Tra le Sollecitudini, paru le 22 novembre 1903.


"La musique sacrée doit posséder au plus haut point les qualités propres à la liturgie : la sainteté, l'excellence des formes d'où naît son autre caractère : l'universalité (c'est‑à‑dire sa catholicité). Elle doit être sainte et par suite exclure tout ce qui la rend profane, non seulement en elle-­même, mais encore dans la façon dont les exécutants la présentent. Elle doit être un art véritable ; s'il en était autrement, elle ne pourrait avoir sur l'esprit des auditeurs l'influence heureuse que l'Eglise entend exercer en l'admettant dans sa liturgie... Ces qualités, le chant grégorien les possède au suprême degré ; pour cette raison, il est le chant propre de l'Eglise romaine, le seul chant dont elle a hérité des anciens Pères..."


Pie XII : Encyclique "'Musicae Sacrae Disciplina" de 1955


En se faisant l'écho du document, et en l' évoquant la sainteté comme condition de l'art liturgique, Pie XII écrivait:


"Cette sainteté est l'attribut éclatant de ce chant grégorien qui a été en usage dans l'Eglise au cours de tant de siècles, et que l'on peut appeler en quelque sorte son patrimoine. Ce chant, en effet, en raison de la convenance intime des mélodies avec le texte sacré des paroles, non seulement s'adapte à celles-ci de la façon la plus étroite, mais encore est comme une traduction de leur sens et de leur vertu, et insinue leur charme dans les âmes des auditeurs ; et elle produit ce résultat par des moyens simples et purs, mais inspirés d'un art si sublime et si saint, qu'ils suscitent chez tous une sincère admiration et qu'ils deviennent pour les maîtres et les connaisseurs de la musique sacrée, comme une source inépuisable de nouvelles harmonies. (Enc. Musicae sacrae disciplinae ‑ La Liturgie n°763).


PAUL VI : Concile oecuménique Vatican II


La Constitution De Sacra Liturgia, promulguée le 4.12.1963, déclare en son


Chapitre Il, Article 54


On veillera cependant, à ce que les fidèles puissent dire ou chanter ensemble en langue latine aussi les parties de l'ordinaire de la messe qui leur reviennent.


Chapitre VI : la musique sacrée,  Article 114


Le trésor de la musique sacrée sera conservé et cultivé avec la plus grande sollicitude. Les Scholae cantorum seront assidûment développés, surtout auprès des églises, cathédrales ; cependant les évêques et les autres pasteurs veilleront avec zèle à ce que, dans n'importe quelle action sacrée qui doit s'accomplir avec chant, toute l'assemblée des fidèles puisse assurer la participation active qui lui revient en propre , conformément aux articles 28 et 30.


Article 11


On accordera une grande importance à l'enseignement et à la pratique de la musique dans les séminaires, les noviciats de religieux des deux sexes et leurs maisons d'études, et aussi dans les autres institutions et écoles catholiques ; pour assurer cette éducation, les maîtres chargés d'enseigner la musique sacrée, seront formés avec soin (...)


Aux musiciens et chanteurs, surtout aux enfants, on donnera aussi une authentique formation liturgique.


Article, 116


L'église reconnaît dans le chant grégorien le chant propre de la liturgie romaine ; c'est donc lui qui, dans les actions liturgiques, toutes choses égales par ailleurs, doit occuper la première place...


Article Il 7


On achèvera l'édition typique des livres de chant grégorien ; bien plus, on procurera une édition plus critique des livres déjà édités postérieurement à la restauration de saint Pie X.


II convient aussi que l'on procure une édition contenant des mélodies plus simples à l'usage des petites églises.


Jean Paul II


A l'occasion du septième Congrès International de Musique Sacrée de Cologne en 1980, Jean Paul II a renouvelé la position de l'Eglise


"Le Concile Vatican II a décrit avec insistance, dans la Constitution "Sacro sanctum Concilium" la fonction spécifique de la musique sacrée (Sacros. Conc. n 112)... le Concile a jugé utile de rappeler à tous, que les diverses communautés liturgiques d'Orient et d'Occident possèdent en propre un patrimoine musical d'une richesse inestimable, et que celui‑ci, après s'être développé pendant plusieurs siècles, est encore en usage de nos jours, offrant ainsi une image de l'art et de la culture des différents peuples. En outre, le concile adresse à tous un pressant appel, pour s'efforcer avec vigueur de conserver les trésors culturels de l'Eglise ...Parmi ces valeurs, une place de choix est réservée au Chant grégorien, à cause de son rôle important dans la vie quotidienne de l'Eglise, et parce qu'il est reconnu, par le magistère de l'Eglise, comme " le chant propre de la liturgie Romaine, intimement lié à la langue latine" ( LC1161 1 7) ."


Aidez l'ACVO


don déductible à 66% !

Newsletter

Protection des données personnelles - RGPD