La liturgie catholique romaine traditionnelle

La Chapelle Notre Dame de l'Espérance de La Rochelle est de rit liturgique romain dit "de St Pie V", du nom du pape qui en a révisé et fixé la forme par la bulle "Quo Primum", en 1570. Ce rit est également appelé "tridentin", parce que la publication de la bulle de St Pie V eut lieu à la suite du Concile tenu de 1545 à 1563 dans la ville de Trente (Italie du Nord). La messe célébrée selon les livres liturgiques de 1962, est appelé "traditionnelle", ou "de toujours", parce que c'est cette liturgie qui existait dans l'Eglise catholique d'Occident, avant la réforme de Paul VI aboutissant en 1969 aux messes que nous connaissons aujourd'hui dans la plupart des paroisses.

Quelques particularités du rit romain traditionnel:

Le latin liturgique :

Le rit romain utilise le latin pour les textes des prières de la liturgie du jour, pour les prières du "Kyriale" (Kyrie en grec, Gloria, Credo, Sanctus, Agnus) et pour la prière eucharistique. Les lectures et l'homélie sont faites en français. L'utilisation habituelle d'un bon missel permet de participer sans difficultés, à la prière de l'Eglise.

Les textes propres à la liturgie du jour:

Si le Kyriale est chanté par toute l'assistance à Notre-Dame de l'Espérance, les textes propres à la liturgie du jour ("le propre"), sont chantés par la chorale (cf. pour plus de détail la page de ce site concernant la chorale). Ce chant utilise les mélodies grégoriennes, dont le répertoire multiséculaire est si proche de la respiration de l'âme qu'elle en devient une prière. Se laisser porter dans la prière par la mélodie grégorienne peut demander une certaine accoutumance, mais l'on n'entre pas de plain-pied dans la contemplation des mystères divins ! La prière personnelle prend ici une dimension communautaire, s'exprimant à l'intérieur du support offert par la cantilène grégorienne.

La compréhension des textes chantés est à tout moment possible en se référant aux traductions des livres de messe. Dans ce cadre, la démarche de prière devient à la fois très personnelle, puisque chaque âme peut de sa propre prière suivre le cours, et non plus subir un texte qui dérangerait son oraison. C'est très efficace, car l'attention personnelle à des mots lus est plus grande que celle accordée à des mots seulement entendus.

Le canon et la consécration :

Dans la messe traditionnelle, le canon (l'ordre des prières entourant la consécration du pain et du vin) est dit non seulement en latin, mais aussi en silence, et dos à l'assemblée.

Pourquoi ? Le rit romain antéconciliaire est très particulièrement tourné vers l'adoration et le contemplation. De la même façon que toute l'architecture d'une église "classique" traduit dans la pierre la raison d'exister de cette église, c'est à dire la louange divine, le rit romain traditionnel est tout entier façonné autour de la même finalité, louange et adoration. Ceci est particulièrement vrai pour la prière eucharistique, l'élément central de la Messe, qui réalise ce qui reste un mystère : la transsubstantiation du pain et du vin.

Que la prière de consécration soit dite en latin, en slavon, en araméen ou en hébreu, à ce moment, force est de considérer que ce n'est pas l'intelligence du texte qui fait la qualité de la prière du fidèle. Car que saisissons-nous du mystère central, qui est le mystère de l'Eucharistie ? Même si nous comprenons tous les mots, l'essentiel nous échappe, et demeure "invisible pour les yeux" ! A ce moment, le rit dans l'ancien ordo permet une adoration libre, qui peut toutefois s'appuyer sans contrainte sur la lecture personnelle du texte que prononce le prêtre.

Par les grandes périodes silencieuses qui entourent particulièrement la consécration, par l'ordonnancement des prières, par l'attitude des corps, et par l'emploi du latin lui-même, ce rit romain antique n'enchaîne pas l'âme dans un réel dont elle n'arriverait pas à s'élever. Au contraire, le rit lui ménage de grands espaces de liberté, qui lui permettent, en toute paix, une adoration, une contemplation, une oraison, un coeur à coeur plus aisé et plus personnel.

La plupart des églises sont tournées vers l'Orient, qui représente à la fois la Jérusalem terrestre, épicentre de la religion Catholique, et la Jérusalem céleste. L'Orient est la direction où le soleil se lève, celle de l'arrivée de la lumière, symbole lumineux du Dieu venu sur terre. Il est donc bien naturel qu'au plus fort de la Messe, le prêtre, s'identifiant au Christ, s'adresse à Dieu et soit tourné vers l'Essentiel, soit "orienté". Ainsi, l'orientation du prêtre est beaucoup moins "dos à l'assistance" que "face à Dieu".

Avec l'assemblée des fidèles de la Chapelle Notre-Dame de l'Espérance, nous sommes ainsi tous tournés vers le Seigneur.


Plan du site

Aidez l'ACVO


don déductible à 66% !

Newsletter

captcha 

Protection des données personnelles - RGPD