Le chant grégorien est une prière chantée, indispensable à la célébration de la Liturgie, qui comprend l'office divin et la messe.

L'office divin

Les huit offices quotidiens se divisent eux mêmes, en:
* office de nuit ou de matines, qui est le plus long. II a lieu avant la fin de la nuit. Invitatoires, Hymnes, Antiennes et Répons sont rassemblés dans le Responsorial.

* office des heures, dit aussi de jour, qui se scinde en sept parties :

‑ deux grandes Heures : les laudes, ou prières de l'office du matin ; les vêpres, ou office du soir.

‑ les petites Heures, ou Heures médianes, rythment les différents moments de la journée, en principe toutes les trois heures, d'où leur nom de prime (6 heures) tierce (9 heures) sexte (midi), none (15 h) et complies, dernières prières du soir.

Les chants de l'office, rassemblés dans l'Antiphonaire, comprennent avant tout, le chant des psaumes. Distribués entre les différentes Heures de l'office quotidien, les 150 psaumes sont ainsi tous récités au cours d'une semaine.

Ils sont toujours accompagnés d'une antienne, petit refrain musical, plus ou moins orné, qui précède et suit chaque psaume. Elle détermine le ton psalmodique qui s'exécute selon huit modes. II y a donc huit formules psalmodiques (tons simples et tons solennels).

Chacune des heures de l'office inclut aussi des hymnes, d'origine non biblique, écrits en vers réguliers, avec des strophes se succédant sur la même mélodie. Dans l'Antiquité, l'hymne signifiait un chant de louange adressé à une divinité.

Les capitules sont des lectures brèves extraites de l'Ecriture sainte. Le texte varie à chacune des heures de l'Office et pour chaque fête.

Les chants de la messe

Ils sont rassemblés dans le livre appelé Graduel et se répartissent en trois groupes

* les chants du célébrant et de ses ministres qui sont des récitatifs : oraisons, préfaces; bénédictions, etc., font partie du répertoire grégorien et obéissent à des règles très précises,

* les chants assurés par la Schola (chœur de spécialistes) dénommés "Propre" de la messe, car ils sont propres à chaque messe et changent tous les jours. Ils sont au nombre de cinq : Introït, Graduel (ou Alléluia), Alléluia  (ou Trait), Offertoire et Communion.

L'introït se chante au début de la messe. A l'origine, il se chantait pendant l'entrée du clergé. Il était composé d'une antienne et d'un psaume. De nos jours, il ne reste que l'antienne, un verset du psaume et le Gloria Patri.


Le chant de Communion qui accompagne la communion des fidèles est  d'origine psalmodique, mais aujourd'hui on ne chante plus que l'antienne.


Les chants de méditation, entre lectures, épître et évangile, sont au nombre de deux Graduel et Alléluia, (ou Graduel et Trait).


Le Graduel intervient après la lecture de l'Epître; c'est chant monodique répété en partie par le chœur et suivi de l'Alléluia ou du Trait. Ce dernier remplace l'Alléluia pendant le Carême. Au temps pascal, le graduel est remplacé par un alléluia, ce qui donne au total deux alléluias.


Le chant de l'Offertoire qui accompagne l'offrande par le célébrant, ne comporte plus que l'antienne, au caractère généralement recueilli et contemplatif.


Le commun de la messe


Les chants de l'ordinaire de la messe ou Kyriale (dénomination générique des chants de l'ordinaire) sont destinés à l'assemblée des fidèles. Ils comportent cinq pièces dont le texte demeure constant, quelque soit le jour liturgique. Ils sont répartis en 18 messes, comprenant chacune Kyrie, Gloria (sauf pour les messes de l'Avent , du Carême et des féries), Sanctus et Agnus Dei. Les Credo au nombre de six, sont classés à part. Les mélodies de ces pièces sont plus faciles et plus connues.  Leur style est différent de celui des chants du Propre.


*le Kyrie, le premier des cinq chants, est une invocation à la Trinité. II se chante après l'Introït. II a la particularité d'être en grec et non en latin, comme le reste de la messe. Cette tradition, qui remonte aux premiers siècles, s'est maintenue jusqu'à nos jours. Les kyries les plus sobres sont les plus anciens, tels que les kyrie XV, XVI et XVIII.


*le Gloria in excelsis Deo, le deuxième chant de l'ordinaire, essentiellement syllabique, intervient immédiatement après le Kyrie. Il ne se chante ni pendant l'Avent, ni au temps du Carême, ni aux féries de l'année ; c'est‑à‑dire, seulement les jours de la semaine où il n'y a pas de fête.


*le troisième chant de l'ordinaire est le Credo de forme également syllabique. Il se chante après l'Evangile. Introduit tardivement dans l'office de la messe, il n'est présent que les dimanches et aux fêtes solennelles. Beaucoup moins riche que les autres chants de l'ordinaire, il ne comprend que six mélodies.


*le Sanctus, l'avant-dernier chant de l'ordinaire, fait suite à la Préface chantée par le célébrant. C'est le seul chant de l'ordinaire dont le texte est issu de la Sainte Ecriture.


* Enfin l' Agnus Dei est une triple invocation qui se chante avant la Communion.


Plan du site

Aidez l'ACVO


don déductible à 66% !

Newsletter

captcha 

Protection des données personnelles - RGPD